Du scanner cérébral au tribunal